+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Avalokitesvara

Avalokitesvara

Guanyin sous son aspect Jiuku

VIIIe siècle
Bronze doré
H. 0,266; L.0,087; P. 0,072
MC. 2002-1

Par sa taille et la monumentalité de ses proportions, cette statuette contraste avec d'autres pièces de série que l'on peut dater des dynasties des Sui et des Tang. Le bodhisattva peut sans hésitation être identifié à Guanyin sous son aspect Jiuku, " à la branche de saule". Un rameau brisé subsiste en effet dans la main droite, à la hauteur de l'épaule. La main gauche , à hauteur du genou, tient le col d'un vase à eau lustrale. 
Le poids du corps repose sur la jambe droite, légèrement en avant. La déité, au torse dénudé à l'indienne, porte un paridhâna aux lourds drapés épousant la forme des jambes; une longue écharpe retombe latéralement en tourbillons jusqu'aux chevilles. Un double collier orné de petites pendeloques pare la poitrine. Un troisième plus complexe , constitué par la juxtaposition d'une chaînette et d'enfilades de perles, descend jusqu'aux cuisses. L'une des enfilades est attachée à un fermoir à hauteur du flanc droit et retombe sous le genou, remontant du même côté , mais dans le dos. Peut-être faut-il voir dans ce dispositif complexe une interprétation maladroite d'un élément de joaillerie indienne. Un tel collier se retrouve sur une Jiuku Guanyin du British Museum, datée du VIe siècle. Dans ce dernier cas, l'élément perlé attaché au fermoir est rejeté dans la saignée  du coude droit et retombe vers l'extérieur, se détachant sur l'écharpe. Comme de nombreux bodhisattva chinois, la déité du musée Cernuschi ne porte pas de cordon brahmanique.
La statuette n'est pas sans évoquer une Jiuku Guanyin autrefois dans la collection Takeuchi à Tôkyô.
La silhouette générale, les drapés du vêtement, les tourbillons de l'écharpe, le socle à un seul rang de pétales de lotus rendus par de simples triangles en relief dépourvus d'ornement intérieur peuvent être rapprochés d'une Jiuku Guanyin conservée à Taipei. Par ailleurs, son visage légèrement empâté et sa musculature bien dessinée inciteraient à dater cette œuvre du VIIIe siècle.  

Auteur de la notice : Gilles Béguin
Collection : Dynastie des Tang (618-907)
Mode d'acquisition : Achat 2002
Référence(s)

Gilles Béguin, Activités du musée Cernuschi, Arts asiatiques, 2003 , t.58, p.123-124
Osvald Siren, La Sculpture chinoise du Ve au XIVe siècle, t.III, Paris/Bruxelles, Librairie nationale d'Art et d'Histoire G. Van Oest, 1926, pl. 418 B 
A special Exhibition of Recently Acquired Gilt-Bronze Buddhist Images, Taipei, National Palace Museum, 1996, p. 34-35, 116, n°8

  • Avalokitesvara, VIIIe siècle, Dynastie des Tang © L. Degrâces/Musée Cernuschi/Roger-Viollet

Avalokitesvara, VIIIe siècle, Dynastie des Tang © L. Degrâces/Musée Cernuschi/Roger-Viollet
© Musée Cernuschi