A la dynastie des Han succède une période de grande confusion politique. En Chine du Nord se succèdent des dynasties le plus souvent non-Han qui promeuvent le Bouddhisme. Les Wei du Nord (386-534) construisirent de vastes grottes-sanctuaires d’abord à Yungang puis à Longmen.

La chute de la dynastie des Han, la Chine entre dans une période de grande confusion politique, seulement interrompue par une brève réunification sous les Jin occidentaux (265-317). Finalement, ces derniers ne peuvent  pas résister à une nouvelle poussée de tribus nomades en quête des terres fertiles arrosées par le Fleuve Jaune. La Chine du Nord voit ainsi se succéder seize royaumes éphémères, parmi lesquels les Wei du Nord qui établissent une nouvelle capitale à Pingzheng (proche de l'actuelle Datong). Devant ces invasions répétées, la dynastie chinoise se replie dans le sud chassée par les nomades Xiongnu. Dans ces régions méridionales, les empereurs fondent une nouvelle capitale, l'actuelle Nanjing (Nankin) où ils entretiennent une cour...

raffinée et soutiennent des artistes peintres, poètes et calligraphes, tels que le peintre Gu Kaizhi (345-411) et le calligraphe Wang Xizhi (307-365) considéré comme le père de la calligraphie chinoise. Le peintre paysagiste Wang Wei (415-443), dont malheureusement aucune oeuvre ne nous est parvenue, pose les bases de la peinture de paysage. Dans les régions du Nord, le bouddhisme, venu d'Inde et probablement introduit en Chine au début de l'ère chrétienne, s'impose parmi les dynasties barbares en proposant une vision égalitaire et un humanisme réconfortant durant cette période troublée. C'est le long de la Route de la Soie que sont transmises les doctrines bouddhiques. Les patriarches et les moines qui la sillonnent y fondent des monastères, tels qu'à Khotan, à Turfan, à Dunhuang, porte d'entrée de la Chine, et enfin à Maijishan (province du Gansu). Après des réticences, la dynastie des Wei du Nord (386-534) fait du bouddhisme une religion d'Etat et subventionne la construction d'immenses grottes-sanctuaires abritant des sculptures et peintures à l'iconographie rigoureuse. Le premier ensemble rupestre conçue par les souverains Wei est celui de Yungang, dont les travaux débutent en 460. Les grottes sont excavées et sculptées de milliers de divinités en ronde-bosse et en haut-relief jusqu'en 494, date du transfert de la capitale des Wei à Luoyang. Dès l'année suivante, de nouvelles grottes en forme d'ex-votos commencent à être taillées à proximité de Luoyang, à Longmen. Aux formes pleines et massives des sculptures de Yungang, héritées de l'art indien, succèdent des formes linéaires et aigües, reflet d'une spiritualité porté à son paroxysme. Ce site continuera à être enrichi de sculptures religieuses au cours des dynasties suivantes jusqu'au VIIIe siècle.