+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Ermite dans la forêt

Ermite dans la forêt

Zhang Daqian 張大千
1899-1983

Daté 1945
Encre et couleurs sur papier
H. 217,4 cm ; L. 82,8 cm
MC 8710

Inscription et signature: 少有道氣,終興俗違。亂山喬木,碧苔芳暉。乙西七月初三日聞佞寇來降寫此快極。大千居士爰。

 

Sceaux du peintre: 1. 張爰之印 (白文)  2. 大千 (朱文)  3. 大千豪髪 (白文)  4. 大風堂 (朱文)

 

Traduction :

« Dans ma jeunesse, j’avais l’esprit du Tao

Finalement, je me suis retiré du monde.

Dans le chaos des montagnes, [au milieu] des grands arbres,

De la mousse verte, des parfums et de la lumière. »

Le troisième jour du septième mois de l’année Yiyou [1945], en apprenant que la capitulation japonaise est proche, ma joie est à son comble. L’ermite Daqian, Yuan.

 

Les vers qui accompagnent cette peinture évoquent une relation personnelle et directe à la nature. Ils sont pourtant empruntés au poète et critique Sikong Tu 司空圖 (837-908) qui vécut à l’époque des Tang. De la même manière, la composition de ce paysage est le fruit d’une réinterprétation complexe de différentes œuvres anciennes. La figure du solitaire perdu au milieu des arbres et contemplant une cascade est en effet dérivée d’une peinture de Chen Hongshou conservée au musée de Cleveland. La facture picturale de l’œuvre de Chen Hongshou diffère néanmoins radicalement de celle de Zhang Daqian. Au lieu de tracés anguleux des montagnes du maître des Ming, Zhang Daqian a utilisé un ensemble de rides et de points dérivés des modèles Song. Quant à l’inspirateur des hauts pins aux profils torturés, absents de l’œuvre de Chen Hongshu, il s’agit sans doute de Wang Shen 王詵 (vers 1048 – vers 1103) des Song. Un faux Wang Shen réalisé par Zhang Daqian se présente en effet comme un double archaïsant de la peinture du musée Cernuschi. Le lien entre ce faux et la peinture de Chen Hongshou avait été rétabli par Fu Shen, qui soulignait le caractère déroutant des créations de Zhang Daqian. La rencontre d’une composition datée des Ming et d’un style dérivé des Song a donc abouti simultanément à la réalisation d’un faux Song, peint sur une soie vieillie, et d’une peinture originale de Zhang Daqian, sur papier. La fraîcheur de la polychromie au niveau des feuillages, la facture stylisée des arbres donne à cette dernière œuvre une tonalité moderne. Le lettré, non plus assis comme chez Chen Hongshou, mais à demi allongé dans une posture typique de Zhang Daqian, continue de regarder la cascade.

Auteur de la notice : Eric Lefebvre
Collection : Chine moderne et contemporaine ( depuis 1911)
Mode d'acquisition : Don Guo Youshou, 1953
Référence(s)

Bobot, Marie-Thérèse, Musée Cernuschi: collection des peintures et calligraphies chinoises contemporaines, collection du musée Cernuschi, Alençon : Imprimerie alençonnaise, 1985


© Musée Cernuschi