+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Linteau

Linteau

fin du IIe siècle - début du IIIe siècle
Dynastie des Han de l'Est (25-226)
Pierre
269 cm x 53 cm x 15 cm
MC 6862

Cet imposant bas-relief est le premier objet offert par la société des Amis du musée, créée en 1922. En raison de son format, il a pu avec vraisemblance constituer le linteau au-dessus des deux portes jumelles, qui séparaient l’intérieur d’une tombe en deux pièces.

Son décor participe des spéculations d’inspiration taoïste de la fin de l’époque des Han.

La figure d’un immortel de type « homme oiseau » (yuren), peut-être un exorciste (fangxiangshi) déguisé, assurant par des rites la sécurité de l’accès par l’âme à l’au-delà, et divers animaux fantastiques ailés se succèdent en frise. Ce bestiaire fantastique comprend plusieurs félins, dragons et « phoenix » ( ?), un ours et un cerf, animaux réputés psychopompes.

Cette composition n’est pas sans évoquer la frise peinte de la tombe de Bu Qianqiu à Luoyang datée de la fin de l’époque des Han de l’Ouest (226 av. J.-C.-9 apr. J.-C.), qui décrit l’ascension de l’âme (hun) du défunt jusqu’aux contrées célestes. Un symbolisme analogue paraît sous-tendre l’iconographie, de la célèbre bannière de la marquise de Dai, à Mawangdui, et également d’un vase hu du Musée royal de Mariemont (inv. Ac. 89-10).

La peinture murale de la tombe de Bu Qianqiu comporte à ses extrémités le soleil, la lune et le couple divin Fuxi (à droite) et Nüwa (à gauche). Ces divinités, ainsi que la déesse Xi Wangmu, et son compagnon Dong Wanggong, figurent sur les piliers de la tombe de Yinan au Shandong qui supportaient un linteau comparable à celui du musée Cernuschi, mais, il est vrai, d’une iconographie narrative différente.

Rattaché par son style à la production des dernières décennies de la dynastie des Han, le linteau du musée Cernuschi possède une vivacité et un sens du mouvement que l’on retrouve sur les reliefs des tombes Han de Nanyang (Henan), important centre économique à l’époque des Han de l’Est (25-220). Par sa facture, la sarabande des animaux et les motifs de la frise du registre supérieur, le linteau parisien est également proche de pièces comparables trouvées à Yongcheng et conservées à Zhengzhou au musée de la province du Henan. Malgré le grand nombre de tombes Han décorées au Henan et au Shandong, il est impossible sur de simples critères stylistiques d’assigner au linteau du musée Cernuschi une provenance approximative, même hypothétique. 

Auteur de la notice : Gilles Béguin
Collection : Dynastie des Han (206 av. J.-C. - 220 ap. J.-C.)
Mode d'acquisition : Don de la Société des Amis du musée Cernuschi, 1925
Référence(s)

Gilles Béguin, Art de l’Asie au Musée Cernuschi, Paris Musées / Findakly, 2000, p.84-85.

Linteau - Dynastie des Han de l'Est (25-226) - .  <br> Copyright &copy
  • linteau_2.jpg
  • linteau_1.jpg
  • linteau_3.jpg


© Musée Cernuschi