+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Tripode ding

Tripode ding

Chine méridionale
Laque sec
H.:0,149; L.: 0,126; P.: 0,103
MC. 2004-5

Parallèlement aux pièces de bois recouvertes de laque, la technique du laque sec (tuotai), particulièrement onéreuse et raffinée, est attestée depuis l'époque des Royaumes combattants (481-221 av.J.-C.). Obtenu par une superposition de tissu de chanvre ou de soie et de laque à l'état liquide, ce procédé permet la réalisation d'œuvres d'une extraordinaire légèreté comme ce ding, sans doute élément d'un ensemble plus vaste de pièces de vaisselle.
Les poignées latérales verticales particulièrement hautes, inhabituelles à l'époque des Han, sont peut-être un critère d'ancienneté. A partir du Ve siècle, cette technique permettra la fabrication de statues bouddhiques de grande taille. 

Collection : Dynastie des Han (206 av. J.-C. - 220 ap. J.-C.)
Mode d'acquisition : Don de M. et Mme William Lahmani, 2004
Référence(s)

Art chinois, Musée Cernuschi, acquisitions 1993-2004, ParisMusées/Editions Findakly, 2005,
p.48

Tripode ding @Cl.Pignol et Ph. Ladet/Musée Cernuschi/ Roger-Viollet
© Musée Cernuschi