Cet accrochage inédit invite les visiteurs à découvrir de quelle manière les dernières acquisitions du musée dialoguent avec les chefs-d’œuvre réunis par son fondateur il y a plus de cent vingt ans.

Tarifs
Gratuit, accès dans les collections permanentes

Horaires
du mardi au dimanche de 10h à 18h

Nous contacter

Le fonds japonais révèle au premier regard son inclination pour les céramiques et surtout pour les bronzes, dont l’imposante statue du Bouddha Amida est l’emblème. Néanmoins, dans un souci pédagogique, Cernuschi a également élargi ses centres d’intérêt aux objets en bois laqué et sculpté, aux peintures, aux manuscrits enluminés, aux livres illustrés ainsi qu’aux estampes. Ces dernières, jusqu’à ce jour peu connues du public, reflètent les goûts des japonisants de l’époque pour les créations d’artistes contemporains tel Utagawa Kunisada (1786-1865).

Depuis l’ouverture du musée en 1898, la politique d’acquisition d’œuvres japonaises a été orientée vers le prolongement des collections existantes, notamment dans le domaine de la céramique et de la peinture. Ainsi grâce au soutien essentiel de la Société des amis du musée des pièces remarquables comme la paire de paravents de Kishi Renzan (1805-1859) ont intégré le fonds historique.

Récemment, la générosité de collectionneurs éclairés comme Harley Preston et Robert Burawoy a permis d’enrichir les collections d’un ensemble admirable de céramiques du mouvement Mingei ainsi que de peintures du courant décoratif Rinpa et de style traditionnel Nihonga. Dans ce même style, le musée a également acheté en 2019 une très rare série de douze rouleaux illustrant le paysage japonais au fil des mois réalisée par Watanabe Seitei (1851-1918).

Partager sur Twitter
# PromenadeAuJapon

Espace presse

Découvrir