+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Splendeurs des courtisanes

2886.jpg
  • 2886.jpg
  • 2802a2.jpg
  • 12296b.jpg

Splendeurs des courtisanes

du 19 septembre 2008 au 4 janvier 2009

Apparue à la fin du XVIIe siècle, l’école de l’Ukiyo-e ou « peinture du monde flottant » s’est épanouie jusqu’au milieu du XIXe siècle. Cette école est liée au développement des grandes métropoles japonaises, Kyôto, Osaka et surtout Edo (Tôkyô), capitale shogunale. Elle a connu à partir de la fin du XIXe
siècle une gloire internationale, en raison notamment de la vogue et de la diffusion des estampes japonaises en Occident, ou encore des livres illustrés. Mais les peintures de ces artistes sont souvent beaucoup moins connues.


L’école Ukiyo-e a compté quelques uns des plus grands artistes de la peinture japonaise, au nombre
desquels Kaigetsudô Ando (?-1743), Suzuki Harunobu (1724 – 1770), et bien sûr Kitagawa Utamaro (1753-1806), Katsushika Hokusai (1760-1849) et Andô Hiroshige(1797-1858). Leurs thèmes sont la vie moderne, Edo, ses théâtres kabuki et ses quartiers de plaisir où se côtoient nobles et bourgeois fortunés. L’Ukiyo-e prend pour sujet de prédilection les jolies femmes, notamment les courtisanes de Shin-Yoshiwara, le quartier des plaisirs à Edo. Présentées sous un jour idéalisé, les « beautés » des maisons vertes incarnent le goût du luxe et de l’apparat qui caractérise la population urbaine aisée
de la période d’Edo (1615-1867).