Tête de bodhisattva

Anonyme

Entre 960 et 1279
Grès
Objet religieux
H. 40 x l. 22.5 x P. 26 cm
M.C. 2004-9
Legs, Dollinger, Albert Nicolas

Alors que la statuette bouddhique chinoise des Ve, VIe et VIIe siècles connaît une succession rapide de styles très diversifiés, la dynastie des Tang (618-907) met fin à cette évolution par des créations de proportions majestueuses, à l'expression puissante et au traitement fortement décoratif. Ce nouveau canon sera répété à satiété durant des siècles. Ainsi, parallèlement à des œuvres fortement réalistes ou narratives, la dynastie des Song (960-1279) favorisera unee esthétique directement issue du grand art du VIIIe siècle, plus ou moins abâtardie.
L'empâtement du visage, l'intensité du regard, en partie dissimulé par les paupières baissées comme lors d'un exercice de yoga, la répartition de la chevelure en boucles sont autant de traits qui perpétuent des poncifs Tang. L'œuvre était d'ailleurs considérée comme datant de cette époque lors de son achat à New York par le collectionneur comme l'atteste une ancienne étiquette sur le socle.

Référence(s) : Gilles Béguin (dir.), Art chinois, Musée Cernuschi, acquisitions 1993-2004, Paris Musées / Findakly, 2005, p. 132