Le musée Cernuschi s’engage dans une phase de renouveau, à la faveur de ses 120 ans d’ouverture au public célébrés en 2018.  A cette occasion, le musée porte deux grands projets d’expositions internationales, puis une refonte complète du parcours des collections.

D'ambitieux projets en recherche de mécènes

L’apport des entreprises mécènes, essentiel à la production des expositions et la réussite du projet, permettra notamment de contribuer au financement des activités suivantes :

  • Travaux muséographiques ;
  • Développement de nouveaux outils de médiation ;
  • Accompagnement du développement de l’accès au musée des publics empêchés ;
  • Restauration d’œuvres ;
  • Réalisation du catalogue de l’exposition, ou d’un ouvrage sur les collections…

2018 : Les expositions internationales 

En 2018, le musée Cernuschi a fêté ses 120 ans d’ouverture au public. A cette occasion, le musée a porté deux grands projets d’expositions internationales

Parfums de Chine, La culture de l’encens au temps des empereurs

9 mars – 26 août 2018

Cette exposition au sujet inédit proposera un véritable voyage à travers la civilisation chinoise depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’au XIXe siècle. Doté d’une symbolique qui s’enrichit au fil du temps, le parfum permet d’aborder de nombreux aspects de la culture chinoise. Depuis sa signification dans les pratiques liturgiques jusqu’à son association à l’art de vivre des lettrés, l’encens a suscité une grande diversité de productions artistiques. Des brûle-parfums aux tables à encens, l’histoire du parfum en Chine permet d’aborder les plus brillantes créations artistiques, et ce à travers une grande diversité de médiums. Les multiples objets d’art présentés permettront au public de découvrir un aperçu vaste et grandiose des savoir-faire des artisans de Chine, des techniques des bronziers, des laqueurs aux sculpteurs sur bambou. Enfin, un ensemble de peintures signées de grands noms, comme Chen Hongshou ou Qiu Ying, mettent en scène belles dames, ermites et lettrés dans leur rapport à l’encens, qu’il soit associé à la toilette, à la méditation ou au rituel.

Construite autour de prêts exceptionnels du Musée de Shanghai, la majorité des oeuvres présentées n’ont encore jamais été montrées en Europe

Trésors de Kyōto, Trois siècles de création Rinpa

26 octobre 2018 - 27 janvier 2019

L’école Rinpa naît en 1615, lorsque le shogoun Tokugawa Ieyasu accorde à Hon’ami Kōetsu, le célèbre calligraphe, potier et laqueur, l’autorisation de s’installer avec une petite communauté d’artisans à Takagamine, un village au nord de Kyōto.

Pendant trois cents ans, le mouvement s’illustre par des personnalités innovantes telles que Sōtatsu, Kōrin ou Kamisaka Sekka qui ne se consacrent pas seulement à la peinture mais également aux textiles, aux laques et aux céramiques, dans le but de faire entrer la beauté dans la vie de tous les jours.

Ces artistes, qui ont vécu à des époques différentes, n’avaient pas de lien de parenté ni de maître à élève mais une relation spirituelle et esthétique, notamment à travers l’appréciation de la beauté classique de l’époque de Heian (794-1185).

Ils se sont inspirés des oeuvres de leurs prédécesseurs en puisant dans le répertoire des techniques et des thèmes traditionnels d’une manière si personnelle que ceci a permis le renouvellement de l’esthétique Rinpa jusqu’au XXe siècle.

Les dispositifs numériques du musée Cernuschi. © Pierre Antoine

2019 : Le projet de rénovation

En 2019, le musée Cernuschi procèdera à une rénovation profonde du parcours des collections permanentes. 

Le parcours actuel des collections permanentes est centré sur la Chine ancienne. Il ne présente donc pas les périodes modernes et contemporaines de l’art chinois et ne reflète qu’une partie de la richesse des collections puisque le Vietnam, le Japon et la Corée en sont absents.

L’objectif du nouveau parcours sera d’offrir au public une présentation ouverte sur l’extrême-Asie qui témoignera de l’évolution rapide du regard porté sur les arts asiatiques aujourd’hui.

Le projet muséographique consistera donc en premier lieu à redessiner certaines séquences chronologiques pour intégrer des objets appartenant aux périodes récentes de l’art chinois tout en ménageant une place de choix aux objets japonais, coréens et vietnamiens, qui seraient nécessairement peu nombreux mais investis d’une valeur symbolique forte.

En complément des aménagements architecturaux et muséographiques, l’ambition du projet portera également sur la médiation numérique.

Les entreprises mécènes de ce projet de rénovation pourront manifester leur soutien sous forme d’un don en numéraire, en compétence, en nature ou en technologie.

Le musée Cernuschi est fermé temporairement pour des travaux de refonte du parcours des collections permanentes. Réouverture en mars 2020. Merci pour votre compréhension. // The Cernuschi Museum is temporarily closed for renovation works. Reopening in March 2020. Thank you for your understanding.