Nu assis

Chang, Yu 常玉

En 1930
Papier, Crayon
Dessin
H. 36.2 x l. 23.8 cm
En bas à gauche, dédicace : "à mon cher ami Dahan".; En bas à droite, sceau dessiné : "Yu"; En bas à droite, signature "Sanyu"
M.C. 2010-5
Don manuel, Société des Amis du musée Cernuschi

Sanyu est né dans la province du Sichuan. Issu d'un milieu cultivé et d'une famille dont la prospérité s'était affirmée dans le contexte de la modernisation industrielle, Sanyu a de bonne heure tourné ses aspirations artistiques vers l'Occident. Après un séjour au Japon de 1918 à 1919, il se rend en Europe en 1921.
Si comme ses contemporains Lin Fengmian et Xu Beihong, Sanyu séjourne un temps à Berlin, c'est à Paris qu'il choisit de se former en marge des institutions officielles. L'évocation de l'Académie de la Grande Chaumière à la fin des années 1920 par Pang Xunqin montre combien Sanyu était familier de l'atelier où il créa une grande partie des dessins à l'encre qui devaient influencer la plupart des jeunes artistes chinois alors actifs à Paris.
A la différence de nombre de ses contemporains, Sanyu n'a donc pas suivi de cours en école des beaux-arts. Ce parti-pris qu'il assume et revendique, selon le témoignage de Pang Xunqin, l'a amené à préférer, à la leçon des chefs-d'œuvre du passé, l'écoute des maîtres de la modernité. Ainsi, l'un de ses très rares textes critiques est consacré à Picasso. Son œuvre témoigne par ailleurs d'autres influences, en premier lieu, celle de Matisse, évidente dans ce dessin de nu assis dédicacé à Albert Dahan, journaliste et amateur d'art. Le fait que ce dessin soit daté, ce qui est extrêmement rare chez Sanyu, suggère que, vers 1930, le jeune peintre chinois a pleinement assimilé le style elliptique du maître français.

Référence(s) :  Eric Lefebvre, Artistes chinois à Paris © Paris-Musées , 2011 ISBN 978-2-7596-0175-2
Agrandir
1/1

En raison d’une opération de maintenance, certaines images du site du musée Cernuschi ne sont pas visibles pour le moment. Merci de votre compréhension.