La dynastie des Shang occupa deux capitales successives dans l’actuel Henan situées à Erligang (commune de Zhengzhou) et à Xiaotun (près d’Anyang). Le décor des bronzes rituels passa de simples filets en reliefs à un répertoire formel très riche associé à un relief plus affirmé.

 L’histoire chinoise s’ouvre traditionnellement sur la première dynastie royale des Xia (vers 2200-1700 avant notre ère). C'est au cours de cette période qu'apparaissent les premiers vases rituels en bronze. Bien qu'encore peu nombreux, ils ont été mis au jour sur le site d'Erlitou (env. 1700 - env. 1500 av. J.C.), dans la province du Henan. Certains archéologues s'accordent à penser que cette culture d'Erlitou correspond à la dynastie des Xia. Des sites ressortant également de la culture d'Erlitou ont été mis à jour dans des régions de la périphérie du Henan.

Les rois d'une tribu orientale de la Chine, les Shang, profitant de l'affaiblissement du royaume des Xia, prennent le pouvoir. Les fouilles du site de la ville fortifiée d'Erligang...

(à Zhengzhou, Henan) ont livré des bronzes et des poteries qui ont permis de dater la ville du début de la période Shang. Il s'agit principalement de récipients à vin pour un usage rituel et funéraire. Ces libations de boissons fermentées étaient indispensables au culte des ancêtres royaux et à de nombreuses entités d’un panthéon encore mal connu. Entre 1550 et 1300 av. J.-C. environ, la capitale est installée à Erligang. Les bronzes rituels présentent un décor réduit à une frise de filets en relief. Des motifs zoomorphes fortement stylisés sont discernables au milieu des entrelacs, comme un masque d’animal fantastique (appelé par les sinologues taotie), aux yeux globuleux sous d'épais sourcils et à la demi-machoire ornée de crocs, sorte de glouton au caractère prophylactique.

Vers 1300, la capitale est transférée à l’emplacement de l’actuelle Xiaotun, dans la région de Anyang (Henan). Le répertoire formel des bronzes, beaucoup plus riche, est associé à un décor au relief plus affirmé. Un bestiaire mythique ou réaliste présente une grande variété de motifs et de traitements : taotie, masques animaliers, dragons kui, cigales, oiseaux. Sur les fonds, des spirales carrées (leiwen) évoquent la graphie ancienne du caractère tonnerre. À la fin de la période de Anyang (env. 1300 - env. 1050 av. J.-C.), ce décor devient dense et particulièrement vigoureux. L’historiographie traditionnelle de cette dynastie a été en partie confirmée grâce aux inscriptions divinatoires sur omoplates d’animaux ou plastrons de tortues. Les récentes découvertes archéologiques ont démontré qu'à côté de la culture Shang florissaient d’autres cultures avec lesquelles les rois Shang entretenaient des relations souvent conflictuelles. L’une d’elle, occupant le Hunan actuel, est à l’origine de bronzes originaux mêlant formes animalières réalistes et bestiaire fantastique. Une autre, située au Sichuan, a livré de spectaculaires sculptures anthropomorphes en bronze dont l’interprétation reste encore sujette à conjecture.

L'exposition Trésors de Kyoto est fermée au public du mardi 11 au vendredi 14 décembre inclus en raison du renouvellement de la majorité des oeuvres. Cette rotation étant justifiée par la fragilité des oeuvres présentées. Nous vous remercions de votre compréhension et vous invitons à découvrir le nouvel accrochage à partir du samedi 15 décembre à 10h00.