Villa à Mustapha

Hàm, Nghi, né en 1871 à Hué, décédé en 1944 à El Biar

1904
Pastel, Papier
Dessin
Signé 春子 et daté 1904
Don manuel :
M.C. 2020-24

Exposée en 1904 et en 1926, signée "春子", cette Villa à Mustapha constitue avec Route de Mustapha, au sujet similaire mais à la vue plus éloignée, le premier exemple de série, principe que Hàm Nghi emploiera de manière récurrente afin de transcrire les effets de la lumière sur un même motif à différents moments de la journée. Les séries de Claude Monet (1840-1926), l’ont sans doute inspiré. La luminosité crayeuse du ciel est renforcée par l’emploi d’un papier brun qui transparaît sous les pigments. La masse sombre des arbres marque la limite avec le ciel dont l’effet éblouissant est renforcé par un cerne ocre soulignant la cime des arbres et le toit de la villa. Le pré au premier plan présente des aplats estompés rehaussés de traits évoquant la direction des herbes. L’ombre est refouillée de traits bleu dur évoquant le frémissement du feuillage parmi les masses sombres et imprimant une ondulation aux herbes du premier plan.

Référence(s) : Anne Fort, Hàm Nghi, prince d'Annam (1871-1944) : L'art en exil, Milan, Silvana Editoriale, 2022, p. 52