L’exposition Retour d’Asie, présentée du 6 octobre 2023 au 4 février 2024, convie les visiteurs à suivre les pas d’Henri Cernuschi, depuis son voyage en Extrême-Orient jusqu’à son retour à Paris où il crée l’un des tout premiers musées d’art asiatique.

Cette exposition proposée à l’occasion de la célébration du 150ème anniversaire du retour d’Asie d'Henri Cernuschi invite à découvrir, ou redécouvrir, l’itinéraire du voyageur et collectionneur dont la contribution novatrice a permis de faire éclater en Europe la révolution du goût connue sous le nom de japonisme.

Du mardi au dimanche de 10h à 18h, sauf certains jours fériés
(dernière réservation en caisse à 16h30).

Plein tarif : 10€
Tarif réduit : 8€
Gratuit pour les titulaires de la carte Paris Musées, pour les moins de 18 ans, les personnes en situation de handicap et leur accompagnateur.

Accès gratuit dans les collections permanentes.

Acheter un ticket

Les découvertes et nombreuses acquisitions d'Henri Cernuschi (1821-1896) réalisées tout au long de son parcours depuis le Japon, la Chine, puis l’Indonésie, Ceylan et l’Inde l'inciteront à constituer l'une des plus importantes collections européennes d'art asiatique de son temps et à fonder le musée qui porte son nom, dont le rayonnement se prolonge jusqu'à aujourd'hui.

De 1871 à 1873, ce sont près de 5000 œuvres d’art - bronzes, céramiques, peintures, estampes, objets en bois laqué et sculpté, photographies ou livres illustrés - qui voguent sur les océans jusqu’à Paris. Les objets d’art chinois et japonais qu’il a rassemblés exercent immédiatement une fascination considérable sur les artistes et artisans de l’époque, et deviennent des modèles pour toute une génération de créateurs en Europe.

Parallèlement, Cernuschi achève son œuvre en créant pour sa collection un écrin unique. Son musée, pensé comme un temple des arts asiatiques, devient un des hauts lieux du japonisme parisien

Un parcours d'exposition en 3 parties

  • Première partie : Le voyage en Asie

L’année même où Jules Verne publie Le Tour du monde en 80 jours, Henri Cernuschi découvre l’Asie, véritable but d’un voyage autour du monde entrepris en compagnie de Théodore Duret (1838-1927), critique d’art, compagnon de route des impressionnistes, journaliste et écrivain français. Après avoir traversé le continent américain et l’océan Pacifique, Henri Cernuschi aborde le Japon, avant de gagner la Chine, puis l’Indonésie, Ceylan et l’Inde. Le collectionneur est marqué par la richesse artistique des pays qu’il visite. Tout au long de son séjour en Asie d’octobre 1871 à décembre 1872, Henri Cernuschi acquiert plusieurs milliers d'objets sur les marchés de l'art japonais et chinois, en particulier des bronzes, dont il est le premier à comprendre la valeur ; mais également des céramiques, des estampes, des livres illustrés, des peintures, des photographies et des objets en bois laqué et sculpté.

Ce voyage est à l’origine d’une des plus importantes collections d’art asiatique en Europe. Il est illustré dans la première section du parcours de l’exposition par la présentation d’une sélection de chefs-d'œuvre japonais et chinois du fonds Cernuschi.

  • Deuxième partie : Le retour à Paris

De retour à Paris, Henri Cernuschi expose immédiatement ses trésors au public. Un très grand nombre d’objets de sa collection sont présentés à l’occasion de manifestations publiques telles l’exposition de 1873 au palais de l’Industrie, l’exposition rétrospective du métal en 1880 et l’exposition rétrospective de l’art japonais en 1883. Ses œuvres chinoises et japonaises sont bientôt perçues par les artistes et les artisans de l’époque, comme Gustave Moreau (1826-1898) ou Émile Reiber (1826-1893), directeur des ateliers de dessin de la maison Christofle, comme d’extraordinaires sources d’inspiration. Le répertoire des formes et des motifs, l’innovation technique des pièces de la collection Cernuschi, deviennent des modèles pour toute une génération de créateurs. Cette influence considérable se prolongera jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, comme l’atteste la production du sculpteur animalier François Pompon (1855-1933).

  • Troisième partie : La collection et le futur musée Cernuschi

Fidèle à ses intuitions visionnaires, Henri Cernuschi fait ériger en 1874 un hôtel particulier pensé dès l’origine comme un espace muséal, dans un quartier récemment aménagé à proximité du parc Monceau. Vivant entouré de ses collections et accueillant les artistes et les amateurs d’art asiatique, Cernuschi fait de sa « maison musée » l’un des hauts lieux du japonisme jusqu’à sa mort en 1896. Il lègue son hôtel particulier et ses collections à la Ville de Paris, pour devenir le musée des arts de l'Asie de la Ville de Paris, qui ouvrira au public en 1898.

Dispositifs de médiation

L’exposition est enrichie de dispositifs sonores en français et en anglais : quatre points d’écoute munis de cornets sonores répartis dans le parcours proposent aux visiteurs une véritable immersion grâce à la voix d'acteurs qui font revivre des personnalités proches de Cernuschi :

- Les deux premières stations permettent de suivre Henri Cernuschi et Théodore Duret au Japon et en Chine, par l'écoute d'extraits du récit Voyage en Asie écrit par ce dernier et publié en 1874.

- La troisième station partage les impressions d’Albert Jacquemart (1808-1875), historien de l'art, parues dans La Gazette des Beaux-Arts en 1873, suite à l’exposition de la collection de Cernuschi au palais de l’Industrie.

- Dans la dernière station, Louis Edmond Duranty (1833-1880), romancier et critique d’art, évoque la demeure d’Henri Cernuschi et l’esprit singulier des lieux, après une visite chez le collectionneur en 1880.

 

 

 

2023 : CÉLÉBRATION DU 150ème ANNIVERSAIRE DU RETOUR D'ASIE D'HENRI CERNUSCHI

 

Cette année, date symbolique pour le musée, marque le 150ème anniversaire du retour d’Asie d’Henri Cernuschi. Parallèlement à l’exposition rétrospective Retour d’Asie, les collections permanentes font également écho à cet événement avec le retour au sein des collections des dragons sculptés japonais, œuvre majeure de l’époque Edo (1603-1868), et la création d’un parcours destiné aux familles.

  • Restauration des dragons sculptés japonais

Le musée a initié la restauration d’une sculpture monumentale en bois représentant des dragons. Cet élément d’architecture japonais de près de douze mètres figurait en bonne place dans la salle du Bouddha du vivant de Henri Cernuschi. La finesse de l’exécution et la maîtrise technique de ces panneaux suggèrent une œuvre réalisée par Takeshi Nobuyuki (1751-1824), célèbre sculpteur de l’époque d’Edo (1603-1868) très recherché par les collectionneurs avertis qui appréciaient ses représentations de vagues et de dragons. Déposés dans les années 1930, ils n’avaient jamais été intégralement exposés depuis plusieurs décennies. Dès l’été 2023, cette œuvre spectaculaire sera installée au cœur du musée à son emplacement d'origine, où les visiteurs pourront à nouveau l’admirer.

  • Parcours spécial adapté pour les familles (à partir de 7 ans)

Un parcours dédié aux familles est matérialisé par une signalétique spécifique dans l’exposition Retour d’Asie, et se prolonge dans les collections permanentes en mettant en exergue les œuvres majeures du fonds Cernuschi, tel le brûle-parfum en forme de dragon en bronze de Kimura Toun (actif au XIXe siècle) ou le tigre japonais en bois laqué ayant appartenu à Sarah Bernhardt.

Enrichir votre visite

Espace presse

Découvrir