Baignade

Mai, Trung Thu

En 1962
Soie, Couleurs - Pigments
Peinture
H. 63 x l. 46 cm
MC 2017-75
Don manuel, Mai, Lan Phuong

Mai Trung Thứ [枚中栨] (1906 – 1980), de son nom d’artiste Mai Thứ, est issu d’une famille lettrée du nord du Vietnam. L’éminent statut de son père, haut fonctionnaire à la cour de Hué, lui ouvre les portes du lycée français de Hanoï. Puis il intègre en 1925 la première promotion de l’École des beaux-arts de l’Indochine à Hanoï (EBAI). Diplômé en 1930, il obtient ensuite un poste de professeur de dessin au lycée Khải Định de Hué, de 1931 à 1937. C’est à cette époque, au cœur de la capitale impériale, conservatoire des rites anciens, que Mai Thứ étudie la musique traditionnelle. Musicien renommé, multi-instrumentiste, il en poursuivra toute sa vie la pratique.

Profitant de sa participation à l’Exposition internationale des arts décoratifs de Paris, il quitte définitivement le Vietnam en 1937, accompagné de Lê Phổ et de Vũ Cao Đàm, également diplômés de l’EBAI.

Toute sa vie, il privilégiera la peinture sur soie et des thèmes où il idéalise la femme, le couple mère-enfant, les enfants et leurs jeux. Ses scènes de la vie quotidienne évoquent les plaisirs raffinés de la noblesse : une jeune femme lisant, se promenant, arrangeant des fleurs dans un vase, ou bien des musiciens, des poètes, des couples prenant le thé, une mariée se parant avant la cérémonie.

Baignade est une œuvre caractéristique de la maturité de Mai Thứ. Son support de prédilection est

la soie, matériau exigeant n’autorisant que des aplats légers sans repentir.

Rompu à cette technique d’origine chinoise encouragée par les enseignants de l’EBAI, Mai Thứ offre une composition rigoureuse et équilibrée : une vue plongeante se combine à la perspective redressée des enfants qui sont représentés selon un point de vue de hauteur moyenne, mais sont étagés sur la surface de la toile. Ce rendu de la profondeur par étagement des plans renvoie à la peinture narrative traditionnelle chinoise et japonaise.

L’absence d’horizon accentue l’effet décoratif, de même que le cadre original réalisé par l’artiste pour qui l’encadrement est indispensable et participe de l’effet esthétique de l’œuvre.

Mai Thứ se place ainsi volontairement dans le prolongement d’une tradition extrême-orientale, tout en la renouvelant par ses thèmes empreints d’une grande douceur et par son style tout en délicatesse et en retenue.

Agrandir
1/2
Agrandir
2/2

Le musée Cernuschi, partenaire de l'exposition "Mai-Thu (1906-1980), écho d'un Vietnam rêvé", est heureux de vous annoncer sa prolongation jusqu'au 2 janvier 2022 au musée des Ursulines de Mâcon !