Bol

Anonyme

Entre 1127 et 1279
Grès, Céramique tournée, Moulage = moulé, Céladon
Vaisselle et ustensile de cuisine, Récipient (vaisselle), Bol
H. 7.3 x D. 16.5 cm
M.C. 9200
Achat

Les pétales de lotus, d’abord incisés, firent leur apparition sur les céramiques au cours de la période des dynasties du Sud (420-589). Cela reflète l’installation du Bouddhisme en Chine. Que les pièces ainsi décorées soient pour beaucoup des bols est peut-être lié au fait que la consommation de thé soit d’abord devenue courante dans le milieu monastique bouddhique.
La sous-préfecture de Longquan dans le Sud de la province du Zhejiang était riche en fours fabriquant des céramiques de grande qualité du type des grès de Yue aux 9e et 10e siècles. La découverte d’une pierre à porcelaine particulièrement pure conduisit à l’abandon des anciens grès vers la fin du 12e et le début du 13e siècle. Cependant, au lieu de réaliser de véritables porcelaines blanches, les céramistes choisirent de poursuivre la tradition locale des céladons en mêlant à la pierre à porcelaine des argiles riches en fer.
La ressemblance avec le jade des meilleures couvertes de Longquan est due à la présence à l’intérieur de celle-ci, de milliers de bulles minuscules et d’une certaine quantité de matériaux non fondus. La couverte associe comme fondants chaux et alcalis alors que les grès de Yue utilisaient seulement la chaux. Ses principaux ingrédients étaient la pierre à porcelaine et le calcaire auxquels s’ajoutaient parfois une petite quantité de cendres végétales. L’épaisseur de la couverte était obtenue en appliquant sur le tesson cuit au dégourdi une épaisseur de couverte, en procédant à une nouvelle cuisson au dégourdi, puis en recommençant l’opération plusieurs fois avant de procéder à la cuisson définitive vers 1230°-1290°C.
Ce type de bol était très populaire en Chine et fut largement exporté comme l’attestent par exemple les tessons retrouvés à Fostat en Egypte.

Référence(s) : Katherine R. Tsiang,  "Glazed stonewares of the Han dynasty, part one : the eastern group”, Artibus Asiae, 1978, vol. 40, n°2-3, p. 143-176
Nigel Wood, Chinese glazes : their origins, chemistry, and recreation, London : A & C Black ; Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2011
Agrandir
1/1

En raison d’une opération de maintenance, certaines images du site du musée Cernuschi ne sont pas visibles pour le moment. Merci de votre compréhension.